Coups de Coeur Adulte

Je suis mort un soir d'été, de Silvia Härry

Je suis mort un soir d'été, de Silvia Harry, Ed. Bernard Campiche 2016 (166 p.)

Cette auteure suisse vient de recevoir le Prix RTS 2017.

C'est au fil des pages que l'on apprend la vie de Pietro Cerretani, architecte à qui tout semble réussir... et que l'on découvre le mensonge sur lequel il a édifié sa vie paisible et bien cadrée.

Une belle écriture, dans laquelle on se plonge avec facilité et qui nous tient en haleine...

Un gros coup de coeur pour se beau roman !

Cath. mai 2017

 

Le voile de Téhéran, de Parinoush Saniee

Le voile de Téhéran, de Parinoush Saniee, Ed. Robert Laffont 2004 (553 p.)

(Emprunt de Bibliomedia)

C'est un de nos emprunts à Bibliomedia que j'ai trouvé très intéressant.
Livre écrit à la première personne , se voulant donc un témoignage " en direct", il évoque la vie des femmes en Iran, d'abord à l'époque du Shah puis après la révolution de 1979...
Massoumeh est  une fille vive, intelligente, soutenue par son père  mais qui se heurte à une mère et des frères scrupuleusement religieux, pour lesquels la place d'une fille est à la maison; les relations familiales sont violentes.
Mariée contre son gré à un inconnu, Massoumeh devra assumer la charge de ses enfants et la poursuite de sa formation intellectuelle et professionnelle à travers les secousses politiques que connaît son pays.
Bel éclairage sur les tourmentes sociales et politiques de l'Iran contemporain .

Catherine L. mars 2017

La chorale des maîtres- bouchers, de Louise Erdrich

La chorale des maîtres bouchers, de Louise Erdrich 2005 (467 p.)

(Emprunt de Bibliomedia)

J'ai beaucoup aimé ce roman qui entremêle l'histoire du boucher allemand Fidelis Waldvogel qui émigre aux USA après la Première guerre mondiale et celle de Delphine et Cyprian, américains et indiens.
Autour d'eux et dans la petite ville d'Argus ( Dakota Nord), se mêlent les destins, la vie, la mort; le rythme du monde avec la Grande Dépression des années 30, la seconde guerre mondiale, est une toile de fond impressionnante pour ce livre passionnant, aux personnages attachants.

Catherine L. mars 2017

Le Pas de l'éléphant, Pierre Crevoisier

Le Pas de l'éléphant, de Pierre Crevoisier, Ed. Slatkine 2017 (191 p.)

Le commissaire Andràs Werther, va mener l'enquête, entre le feu et la mer. Une recherche au cours de laquelle le passé sans mémoire et les vies que l’on préférerait oublier ressurgissent. Toutes les vérités sont-elles bonnes à dire, à entendre ? Le lecteur choisira.

Une écriture énergique mais empreinte de poésie, des personnages forts, dont on découvre les liens par petites bribes et une enquête qui se tisse au fil des pages, font que l'on se fait happer par ce roman !

Cath. mars 2017

Daphné Du Maurier, de Tatiana de Rosnay

( livre de Bibliomedia)
Qui n'a pas lu Rebecca ? L'auberge de la Jamaïque? La crique du Français ? Le Général du Roi? Etc....
Tout ça, c'est Daphné Du Maurier, romancière britannique à succès ( pas mal de ses romans ont été portés à l'écran par Hitchcock ).
Sa vie, écrite par Tatiana de Rosnay , nous fait voyager à travers le XX°s, dans le milieu théâtral, bohème , littéraire de cette Angleterre encore très traditionnelle, où lady Du Maurier fait passablement figure d'originale !
C'est bien écrit, très amusant, bien documenté ; j'ai beaucoup aimé.

Catherine L.. févr. 2017

Anatomie d'un soldat, de Harry Parker

Anatomie d'un soldat, de Harry Parker, Ed. Christian Bourgeois 2016 (416 p.)

C'est un livre que j'ai beaucoup beaucoup aimé! Impressionnant !
Car il essaie à travers des mots de rendre perceptible ce qu'est la guerre au quotidien.
Une guerre actuelle, en Irak, ou Syrie, ou plus probablement, je pense, en Afghanistan.
Le personnage principal est un soldat ( gradé,  capitaine il me semble ) britannique.
À travers des objets divers ( un garrot, une bombe artisanale, un tapis, une bicyclette, etc....), on est amené à entrer dans le quotidien de la troupe occupante, des gens locaux, des rebelles, puis l'hôpital où notre soldat arrive.
Ce sont des séries de chapitres courts, avec une écriture rapide ; j'ai parfois presque eu l'impression d'un film.
C'est "objectif", ce qui n'exclut pas le suspens, la tension, le drame; on est happé, impliqué.
Excellent livre !!

Catherine L. févr. 2017

Chanson douce, de Leila Slimani

Chanson douce, de Leila Slimani, Ed. Gallimard 2016 (240 p.) Prix Goncourt 2016

Le dernier Goncourt.
Une petite famille "normale" citadine: papa, maman , les deux enfants petits.
Maman reprend une activité professionnelle ; une nounou entre en scène , devient un rouage essentiel de la vie de cette famille.
Et c'est le drame, évoqué au début du livre puis amené par subtiles étapes tout au long du récit, jusqu'à la fin.
J'ai beaucoup aimé l'analyse des personnages, la progression de l'intrigue et des tensions.
Excellent livre,  dans une dynamique classique.

Catherine L., févr. 2017

Hiver à Sokcho, de Elisa Shua Dusapin

Hiver à Sokcho, de Elisa Shua Dusapin, Ed. Zoé 2016 ( 139 p. )

A Sokcho, petite ville portuaire proche de la Corée du Nord, une jeune Franco-coréenne qui n'est jamais allée en Europe rencontre un auteur de bande dessinée venu chercher l'inspiration loin de sa Normandie natale. C'est l'hiver, le froid ralentit tout, les poissons peuvent être venimeux, les corps douloureux, les malentendus suspendus, et l'encre coule sur le papier, implacable : un lien fragile se noue entre ces deux êtres aux cultures si différentes.

Ce roman tout en délicatesse nous transporte dans un univers d'une richesse et d'une originalité rares.

Cath. févr. 2017

 

Giboulées de soleil, de Lenka Hornakova Civade

Giboulée de soleil, de Lenka Hornakova Civade, Alma Ed. 2016 (300 p.)

Elles s'appellent Magdalena, Libuse, Eva, lignée de femmes inscrite dans l'histoire de la Tchécoslovaquie de sa création jusqu'aux années 1980. C'est une histoire de mére, de grand-mères, de filles et de petites filles, d'amour et de non-dits qu'elles voudraient protecteurs. Une histoire de racine et d'idendité, de famille et de bâtardise fatalement transmises de génération en génération. De cette différence, ces femmes en feront une distinction.

 les trois femmes s'adaptent au changement et défient l'opinion tête haute.

Superbes portraits de femmes au fil de la grande Histoire.

Cath. fév. 2017

Deux Soeurs, de Dominique Bona

Deux Soeurs, de Dominique Bona, ed. Grasset et Fasquelle 2012 (382 p.)

Les deux sœurs, ce sont Yvonne et Christine Lerolle- Rouart,  peintes par Renoir dans ce merveilleux tableau qui les montre de profil en train de jouer du piano.
Jusqu'à leurs 18 ans, elles évoluent dans ce milieu parisien artiste ( leur père était un peintre reconnu) de la fin du XIX° s, fréquentant aussi bien Renoir que Manet, Monet, Degas ou bien Rodin, des musiciens comme Debussy etc....
Degas se mêle de jouer le marieur et leur présente deux frères de la famille Rouart, famille de riches industriels, mécène des Impressionnistes.
Le livre décrit la vie de ces deux femmes et les difficultés souvent dramatiques qu'elles ont connu. Le gâchis, finalement, de ces deux existences féminines
Là aussi, un peu comme dans le livre sur Du Maurier, on voit défiler la fin du XIX et la première moitié du XX°s, avec des notations très vivantes et intéressantes sur les peintres, musiciens, écrivains de l'époque; c'est également très instructif sur la condition féminine de l'époque.
À rapprocher du livre de Guenassia sur Van Gogh.

Catherine L., fév. 2017

" La valse des arbres du ciel" de Jean- Michel Guenassia

J'ai déjà lu 2 livres de cet auteur : " Le club des incorrigibles optimistes " et La vie rêvée d'Ernesto ".
Il mélangeait avec beaucoup d'intelligence l'Histoire et les histoires des gens , histoires de tous les jours; cela m'avait vraiment bien plu.
Et avec ce livre, c'est pareil, peut être en moins ample,
Ce sont les derniers mois de la vie de Vincent Van Gogh, vus par la fille du médecin  qui le soigne.
L'art, l'amour , le poids d'une société normative, étriquée : que choisir ? comment s'en sortir? Vaste débat !!
Allez- y, lisez ce beau  livre.

Catherine L.  /  janvier 2017

"Petit Pays" de Gaël Faye

Narrée par un enfant, c'est l'évocation du Burundi dans les années 1990:  la famille, les amis, la ville proche, un monde insouciant , vite tourmenté par les antagonismes entre Hutus et Tutsis.
Progressivement, tout se noue, devient de plus en plus conflictuel, dramatique, horrible.
J'ai trouvé ce livre magnifique d'émotion , de poésie , d'une grande pudeur pour arriver à dire l'indicible.

Vous comprenez qu'il m'a beaucoup touché et plu.

A reçu le Prix Fnac et Prix Goncourt des Lycéens 2016

Catherine L.  /  janvier 2017